Aktuality

Vanoce_PF_2020_okraje

Plus de quatre-vingt pour cent des Haïtiens professent le catholicisme romain, il n’est donc pas étonnant que les fêtes de Noël soient aussi importantes ici que partout ailleurs dans le monde, malgré le fait que plus de quatre-vingt-dix pour cent d’entre eux professent également la religion originelle des esclaves africains, le vaudou.

Le jour de Noël, le 24 décembre, les gens vont chercher un arbre de Noël, qui peut être quelques branches de pin provenant de zones montagneuses ou une branche de bananier (on voit rarement un arbre entier décoré, s’il n’est pas artificiel, car il y a très peu de forêt en Haïti, environ 2 %) . Toute la famille le décore ensemble et les enfants y déposent leurs chaussures fraîchement nettoyées et pleines de paille. Ils espèrent que Tonton Nwèl enlèvera la paille et mettra des cadeaux dans leurs chaussures et autour d’eux !

Pendant la journée, les enfants et les adultes font des fanaux. Ce sont de petites lanternes semblables à des maisons qui font partie de la tradition de Noël haïtienne. À l’intérieur, une bougie les illumine et crée un effet de verre coloré. Les fanaux sont une tradition centenaire qui, selon beaucoup, est née comme une façon primitive d’illuminer le chemin de l’église.

Quand c’est fait, ils commencent à préparer un dîner de gala. Le plat traditionnel ici est une chèvre avec du riz spécial shela avec des pommes de terre, une salade de carottes et des bananes frites. Ce jour-là, les enfants ont le droit de boire de l’anisette, une boisson sucrée légèrement alcoolisée obtenue en faisant tremper des feuilles d'”anis” (l’épice dont provient l’anis étoilé) dans du rhum.

Le soir, tout le monde se rend dans une église ou un autre centre culturel, où une représentation théâtrale sur la naissance de Jésus a généralement lieu. Cette représentation dure souvent jusqu’à une heure avancée de la nuit.

Le lendemain, une grande messe de Noël festive est célébrée. Tout le monde veut “Jwaye Nowe” et déballe ses cadeaux de Noël – nouveaux jouets, articles ménagers ou légumes et fruits. Le reste de la journée, tout le monde se détend et profite de nouvelles choses et de la compagnie mutuelle. Les enfants jouent au jeu Wosle, qui consiste à ramasser progressivement une pierre du sol et à la stocker dans la paume de la main, tout en gagnant de plus en plus de pierres. Celui qui ramasse le plus à la fois sans glisser de sa paume gagne.

Dans certaines régions d’Haïti, il y a un pi detwal le soir, un peu comme nos feux d’artifice ou nos cierges. Les enfants aiment particulièrement regarder comment le detwal pi illumine l’obscurité de la nuit, et rappelle ainsi, selon son nom poétique, “pluie d’étoiles”.

La veille du Nouvel An, le 31 décembre, il est de coutume que les familles les plus riches achètent un ou deux bœufs, les tuent et en fassent des dîners pour d’autres familles. L’acte de couper la viande est appelé coltiz, et signifie l’expression de l’unité et de l’amour. La veille du Nouvel An, les gens mangent la traditionnelle soupe nationale au potiron.

Lada Matyášová, Caritas d´Archidiocèse d´Olomouc